Jacques

  • 17 novembre 2017

Un homme vient de tirer sa révérence
de partir dans un souffle ténu
lové dans le confort simple derrière les baies vitrées
Les ciels du nord les arbres grands la mer proche autour de lui
ont venté ses pensées à la fin en désordre
ont fait l’écho de sa gentillesse gracieuse
dans ce corps abîmé en suspens craquelé.

Dans le silence du retrait
dans les sons d’une langue étrangère et familière
occupé à apprécier les gestes, les plats servis et le blanc mat ou brillant des murs
sa vie en revue par rendez-vous capricieux dans les deux encéphales
connecteurs ranimés battements de cœur réveillés 
à la vue de celle qu’il aimait quand elle passait la porte large propre d’aucune trace.

Ce qu’il laisse derrière lui au hasard du souvenir des uns
et des autres dans son sillage humaniste tracé sans projecteurs
accomplissement chaotique sur le fil des conventions
infatigable colporteur d’actions pacifistes
signataire activiste initiateur défenseur des droits humains
combattant farouche des sectes.

C’était un homme de grande taille
aux allures aux manières au parler d’un autre temps
voix fluette dans un visage carré verbe impeccable
déterminé malgré sa bonhomie
jovial à l’humour décalé
libre et fantasque
tantôt M. Hulot, Don Quichotte ou l’Ingénu.

Dans le calme solitaire de ses derniers jours
tassé dans son fauteuil roulant derrière les baies vitrées
son empathie toujours et sa pensée large
pour ravir les soignants et les pensionnaires
il se dit qu’il part et laisse la place.

Coureur de fond des couloirs de la justice
médecin quand il aurait fait un bon juriste
Jacques Richard vient de s’éteindre à quatre-vingt-douze ans.